Travaux et bricolage maison

Isolation combles perdus : prix, techniques et aides travaux

Vous désirez améliorer votre confort et faire des économies d’énergie ? Isoler les combles perdus est un incontournable dans la rénovation ou la construction d’une maison. Quels sont les prix des isolants ? Quelles sont les techniques de pose ? Existe-t-il des aides pour les travaux d’isolation ? Suivez le guide !

 

Prix au m² de l’isolation de combles perdus

 

Le coût d’une isolation peut varier du simple au triple en fonction notamment de l’isolant choisi. Une isolation de combles perdus avec de la laine de verre sera en effet moins onéreux qu’une isolation avec de la ouate de cellulose. Isoler des combles perdus reste néanmoins plus économique que de procéder à des travaux d’isolation de combles aménagés.

 

Prix au m² de l’isolation de combles perdus
Nature de l’opération ou du matériau Prix au m²
Prix moyen de l’isolation de combles perdus 40 €
Isolation mousse polyuréthane entre 25 et 50 €
Isolation laine de verre entre 5 et 20 €
Isolation laine de roche entre 15 et 25 €
Isolation laine de bois entre 30 et 50 €
Isolation laine de chanvre entre 35 et 60 €
Isolation ouate de cellulose entre 20 et 30 €
Pose de l’isolant entre 10 et 30 €

 

Afin que le montant estimé corresponde à la réalité, le plus sûr est de demander un ou plusieurs devis pour l’isolation de combles perdus à un professionnel. Il pourra en effet vous apporter des précisions sur le budget à prévoir en fonction des caractéristiques de votre projet.

 

Que sont des combles perdus ?

 

Des combles sont l’espace inoccupé situé entre le plafond du dernier étage et la charpente. Il est courant de distinguer les combles aménagés des combles perdus. Les premiers, comme leur nom l’indique, peuvent se transformer en une pièce habitable, en raison d’une hauteur de plafond et d’une forme de charpente adaptées. Les combles perdus, au contraire, ne possèdent pas les caractéristiques requises pour pouvoir être habités.

 

Pourquoi isoler ses combles perdus ?

L’isolation des combles perdus s’impose pour plusieurs raisons :

  • la réduction des dépenses en énergie : L’isolation thermique vous permet d’économiser jusqu’à 30 % sur votre facture d’énergie ! La chaleur s’échappe en effet en grande partie par le toit ;
  • la protection de l’environnement : Moins consommer de gaz ou d’électricité en chauffant votre logement est une façon d’agir en faveur en l’environnement. Vous réduisez en effet vos émissions de gaz à effet de serre ;
  • le confort de vie : Davantage de chaleur en hiver, plus de fraîcheur en été, une bonne isolation phonique, voilà quelques-uns des avantages de combles perdus isolés, susceptibles d’améliorer votre vie au quotidien.

 

Les facteurs de prix d’une isolation de combles

paramètres coût isolation combles perdus

Isoler les combles perdus a un coût. Celui-ci peut varier en fonction notamment du type d’isolant employé.

Le prix d’une isolation de combles perdus peut considérablement varier en fonction de plusieurs paramètres :

  • le type d’isolant utilisé ;
  • la superficie à isoler ;
  • la technique utilisée ;
  • la pose par un professionnel.

 

Le type d’isolant

Le choix de l’isolant dépend encore de trois paramètres :

  • le niveau de conductivité thermique : Dans le cadre d’une construction, une étude thermique sera réalisée et vous indiquera quel type d’isolant choisir et pour quel volume, en fonction du niveau de performance attendu, que l’on appelle « résistance thermique ». Dans le cas d’une rénovation, vous êtes libre de choisir l’isolant que vous souhaitez, mais vous devrez tout de même prendre en compte ses caractéristiques propres. Une résistance thermique de 6 m².K/W est conseillée pour les combles perdus ;
  • la matière première de l’isolant : Etes-vous plutôt isolant synthétique, minéral ou végétal ?
    • les isolants synthétiques : La mousse polyuréthane est la plus employée. Le polystyrène est également assez courant ;
    • les isolants minéraux : Les plus connus sont la laine de roche et la laine de verre. Les performances thermiques sont très bonnes, mais ce sont des matières très irritantes, notamment lors de la pose ;
    • les isolants végétaux : la laine de bois, la laine de chanvre et la ouate de cellulose sont les plus communs. La première est issue de sciure de bois, la seconde de fibres végétales et la troisième de papiers et journaux recyclés. Un traitement leur est parfois ajouté pour les rendre résistantes au feu, aux rongeurs et à l’humidité. Leurs qualités en tant qu’isolant sont excellentes. Elles présentent en plus l’avantage d’être écologiques ;
  • le coût : En fonction de la matière première et des performances thermiques et phoniques, le coût de l’isolant pourra varier de façon importante. Le prix de la laine de verre est sans conteste le moins onéreux, tandis que la laine de bois et la laine de chanvre sont les isolants les plus chers. Comptez entre 5 et 25 € pour les laines minérales et entre 30 et 60 € pour les deux isolants végétaux les plus coûteux.

 

La superficie à isoler

Plus la superficie des combles est importante et plus l’isolation sera onéreuse.

 

La technique de pose utilisée

L’isolation des combles perdus se fait en règle générale par l’intérieur. Il existe deux techniques de pose d’un isolant dans les combles perdus :

  • le soufflage : Lorsque vous ne pouvez pas accéder aux combles, pensez à l’isolant soufflé. Il vous suffit en effet de projeter un isolant en vrac. L’isolation de combles perdus par soufflage est facile à réaliser ;
  • la pose sur plancher : Si les combles perdus sont accessibles, vous n’avez qu’à dérouler des rouleaux d’isolant sur le plancher. L’isolation des combles par le plancher est probablement la technique la plus simple. L’épaisseur des rouleaux sera déterminée en fonction des performances souhaitées ;

Vous pouvez également envisager d’isoler les combles par l’extérieur. Vous devrez alors agrafer les panneaux d’isolants sous la couverture.

Si vous pensez tout de même pouvoir un jour aménager vos combles, il est alors souhaitable d’isoler en employant les techniques utilisées pour des combles aménageables :

  • l’isolation en deux couches : Une première couche doit être posée entre les chevrons, un vide est ensuite laissé avant de mettre en place une deuxième couche d’isolant entre les pannes. L’épaisseur varie entre 20 et 25 cm ;
  • l’isolation en une couche : Elle se pose au niveau du chevronnage. Dans ce cas, l’isolant peut mesure 15 cm. Elle présente toutefois l’inconvénient de favoriser les ponts thermiques ;

 

La pose par un professionnel

Réaliser l’isolation de son logement est une opération assez simple, à condition d’avoir quelques connaissances et les outils adéquats. Si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour optimiser vos travaux d’isolation, il est préférable de faire appel à un professionnel. Les tarifs pratiqués par une entreprise d’isolation de combles perdus oscillent entre 10 et 30 €/m², en fonction de la technique utilisée.

Si vous effectuer des travaux d’isolation dans le cadre d’une rénovation, pensez à prévoir le coût de la dépose de l’ancien isolant.

 

Quelles aides pour l’isolation des combles perdus ?

 

Isoler vos combles perdus est un geste pour la planète. C’est pourquoi l’Etat encourage les travaux de rénovation et propose des aides en ce sens. Plusieurs dispositifs permettent aux particuliers d’alléger le coût de l’isolation :

  • le crédit d’impôt : Vous pouvez en bénéficier sans conditions de ressources, tant que vous isolez votre résidence principale et que vous faites appel à un professionnel RGE ;
  • le dispositif Coup de pouce économie d’énergie : Ouvert encore jusqu’au 31 décembre 2021, ce dispositif permet aux personnes considérées comme étant dans une situation de précarité énergétique de se faire aider dans le financement de leurs travaux. Il existe un volet chauffage et un volet isolation. Les fournisseurs d’énergie sont invités à encourager leurs clients à effectuer des travaux visant à réaliser des économies d’énergie. Ce dispositif est également connu sous le nom de CEE (Certificat d’Economie d’Energie) et Prime Energie. ;
  • l’éco prêt à taux zéro : Ce prêt à taux zéro est accessible pour un ensemble de travaux. Vous pouvez par conséquent prétendre à 20 000 € pour deux travaux distincts et 30 000 € pour trois ;
  • les aides de l’ANAH : Effectuez une simulation sur le site de l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat, afin de voir si vous êtes ou non éligible à cette aide.

Auteur: Brico Malin

Brico Malin est une rédactrice passionnée de bricolage qui intervient régulièrement sur Travauxbricolage.fr . Brico Malin s’est toujours intéressée aux activités liées au bricolage et travaux. Curieuse de nature et très débrouillarde, elle a su développer un panel de compétence et une connaissance incroyable sur le monde des travaux, qui ferrait envie à tous les artisans du bâtiment. Rénovation et aménagement de la maison, travaux de gros œuvre, travaux d’aménagement intérieur ou extérieur, électricité, plomberie, isolation, maçonnerie, fenêtre ou encore rénovation de toiture, Brico Malin a étudié tous ces sujets et a eu l’occasion de se confronter à la plupart de ce type de travaux au cours de ses expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *