Travaux et bricolage maison

Solin de toiture : travaux et prix de pose

La qualité d’une toiture dépend bien entendu de celle de la couverture, mais également d’autres éléments moins visibles auxquels on ne prête pas attention : les solins de toiture. Ils sont essentiels pour assurer l’étanchéité de votre toit. Quels sont les différents types de solins de toiture existants sur le marché ? Quelles sont leurs fonctions ? Comment les poser ? L’intervention d’un couvreur professionnel est-elle indispensable ? Quel est le coût d’un solin de toit ? Essayons d’y voir plus clair.

 

Qu’est-ce qu’un solin de toiture ?

 

Le solin de toit ou solin de toiture est un matériau que les couvreurs utilisent pour assurer l’étanchéité aux endroits où le pan de toit rencontre une surface verticale, tels qu’une lucarne ou un mur. Les solins permettent ainsi de ceinturer des éléments de toit comme les cheminées, les évents ou encore les puits de lumière. Il existe par conséquent autant de solins que l’on trouve d’éléments à protéger sur une toiture.

Les solins de toit doivent être installés sur tout type de toiture : toiture en tuile, toiture en ardoise ou encore toiture en bac acier.

Comment fonctionne un solin ? Il dirige l’eau vers les bardeaux, afin que celle-ci soit évacuée et ne s’infiltre pas entre le toit et le mur, dans le platelage du toit, puis dans la maison.

Avec le temps, il peut s’avérer nécessaire de changer les solins.

 

Quels sont les différents types de solins de toit ?

 

Quels sont les différents types de solins de toiture ?

La pose d’une fenêtre de toit impose l’installation d’un solin de toiture à sa base et aux endroits où elle entre en contact avec la toiture.

 

Chaque partie de la toiture qui rencontre un élément étranger et vertical doit être protégée par un solin. Voici huit exemples de solins :

  • le solin en continu : Il s’agit de longues pièces qui tiennent le rôle de tablier. Ils sont souvent dotés de joints de dilatation, afin d’éviter qu’ils ne se brisent et laissent l’eau s’infiltrer lors de violents changements de température ;
  • le solin de base : Il est installé à la base d’une cheminée. Il est préférable d’ajouter un contre-solin, afin de limiter les conséquences de la dilatation des matériaux au cours des changements de saison ;
  • le contre-solin : Le contre-solin est installé à l’opposé du solin de base, ou éventuellement par-dessus, afin d’optimiser l’étanchéité ;
  • le solin en gradins : Il est posé à la jonction entre le toit et un mur. Il s’agit d’une pièce métallique rectangulaire qui est pliée à 90 ° C en son centre ;
  • le solin de puits de lumière : Comme son nom l’indique, ce solin est utilisé en cas d’installation d’un puits de lumière sur la toiture ;
  • le solin de noue : Il se situe à la jonction entre deux pans de toit qui se rejoignent en formant un angle rentrant ;
  • le larmier : Il s’installe en bordure de toiture ;
  • le solin de dérivation : Il permet de combler le vide qui se trouve entre le début de la gouttière et le bout du solin en gradins.

 

Solins de toiture : les dimensions

 

Les dimensions des solins sont des données particulièrement importantes à prendre en compte. Afin de protéger au mieux l’élément de toit qui enserre ou prolonge, le solin de toiture est taillé aux bonnes dimensions.

Le solin qui se trouve autour de l’évent de plomberie doit par exemple être à peine plus large que le diamètre du tuyau.

Autre exemple, le solin en gradins ont une longueur d’au moins 254 mm et dépassent d’au moins 50 mm le pureau du bardeau utilisé.

 

Comment choisir le matériau de vos solins de toit ?

 

Autrefois, il n’était pas rare de trouver des solins maçonnés. Aujourd’hui, les solins de toit peuvent être fabriqués à partir de trois types de matériaux :

  • l’aluminium : Très souple, ce matériau est facile à travailler. Il doit toutefois être recouvert d’un enduit spécifique s’il est amené à être en contact avec une surface alcaline. C’est notamment le cas lorsque le solin en aluminium touche du béton ou de la maçonnerie. Un solin de bord de mer doit également être enduit ;
  • le cuivre : Très malléable également et durable dans le temps, le solin en cuivre présente en revanche la particularité de se décolorer. Si certains propriétaires recherchent cet effet, d’autres le déplorent ;
  • l’acier : Le solin en acier est le must. À la fois souple et esthétique, il est par ailleurs très résistant à la corrosion.

 

Installation de solins de toit : les trois techniques

 

Comment installer vos solins ? En fonction de l’endroit où est fixé votre solin, vous ne l’installerez pas de la même façon. La technique de pose diffère en effet selon que vous désirez :

  • poser un solin en gradins : Ils doivent être installés avant le parement. Ce dernier recouvre en effet l’ensemble des solins. Commencez par tracer un trait au cordeau le long du mur sur lequel le solin sera adossé. Fixez ce dernier sur le mur à l’aide d’une cheville à frapper. N’oubliez pas de mettre du mastic au niveau des écartements. Veillez à intercaler des couches de bardeaux entre chaque pièce de solin. L’eau peut ainsi s’écouler le long de chaque gradin, puis glisser le long du toit ;
  • installer un contre-solin : Posez le solin de base au bas de la cheminée, après l’installation d’une membrane d’étanchéité. Le contre-solin est quant à lui encastré dans la maçonnerie de la cheminée. Il doit par conséquent être fixé au moment où le maçon pose la brique et le mortier. Afin que l’eau ne s’infiltre pas, le contre-solin repose sur le solin de base. Bien que ce soit l’utilisation la plus courante, le contre-solin peut néanmoins être employé à d’autres fins qu’en présence d’une cheminée ;
  • fixer un solin de gaine pour évent de plomberie : Le solin de gaine est cylindrique. Il est positionné autour de l’évent, sur la membrane d’étanchéité. Le solin est cloué. Les bardeaux sont eux posés sur la gaine ou sur la base.

Dans tous les cas, vous devez travailler sur une surface propre et sèche.

 

Pourquoi confier la pose de vos solins de toiture à un couvreur professionnel ?

 

Bien qu’un solin de toit puisse être installé par un bricoleur chevronné, il est néanmoins préférable de confier l’installation à un professionnel, et ce, pour plusieurs raisons :

  • la sécurité : Les travaux de couverture sont particulièrement dangereux. Un couvreur professionnel est habitué à évoluer en hauteur et maîtrise les gestes techniques. Il limite par conséquent les risques de blessure ;
  • le matériel : Le couvreur possède les outils et équipements adaptés (harnais, ligne de vie, longe, points d’ancrage, gants, chaussures et casque de protection), qui lui permettent de réaliser un travail de qualité, en toute sécurité ;
  • la solidité : Un solin de toiture mal fixé est souvent à l’origine de fuites au niveau de la toiture. Ces infiltrations entraînent un pourrissement progressif du bois, pouvant conduire à l’effondrement du platelage.

 

Quel est le prix d’un solin de toit ?

 

Comptez environ entre 40 et 60 € du mètre linéaire pour la pose d’un solin de toiture par un couvreur (fourniture comprise).

Le coût varie en fonction de :

  • la longueur totale de solin ;
  • les tarifs du couvreur ;
  • la difficulté d’accès au toit.

Sans pose, un solin de toit coûte environ 20 € le mètre linéaire.

Auteur: Brico Malin

Brico Malin est une rédactrice passionnée de bricolage qui intervient régulièrement sur Travauxbricolage.fr . Brico Malin s’est toujours intéressée aux activités liées au bricolage et travaux. Curieuse de nature et très débrouillarde, elle a su développer un panel de compétence et une connaissance incroyable sur le monde des travaux, qui ferrait envie à tous les artisans du bâtiment. Rénovation et aménagement de la maison, travaux de gros œuvre, travaux d’aménagement intérieur ou extérieur, électricité, plomberie, isolation, maçonnerie, fenêtre ou encore rénovation de toiture, Brico Malin a étudié tous ces sujets et a eu l’occasion de se confronter à la plupart de ce type de travaux au cours de ses expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.