Travaux et bricolage maison

Comment savoir si un mur est porteur ?

Quand on vient d’acheter une maison, on a parfois envie de modifier la distribution des pièces. Ouvrir la cuisine sur la salle à manger ou bien abattre une cloison pour gagner de l’espace dans le salon par exemple. Mais voilà, un problème de taille se pose : comment savoir si le mur que vous comptez abattre est porteur ? Vous ne pouvez ouvrir un mur sans connaître au préalable son rôle structurel dans le bâtiment au risque de faire écrouler une partie de la maison. En effet, un mur porteur est un ouvrage qui soutient une partie du poids de la structure.

Alors, comment reconnaître un mur porteur ? Comment vérifier qu’un mur est porteur ou pas ? Avant de réaliser une ouverture ou de faire tomber un mur à l’intérieur de votre maison, il convient donc d’effectuer plusieurs vérifications pour être certain que la structure du bâtiment ne sera pas fragilisée. Pour ne pas se prendre le toit sur la tête, écoutez les conseils de nos pros pour savoir si un mur est porteur ou non !

 

Qu’est-ce qu’un mur porteur ?

 

Le principe du mur porteur est de faire le lien entre le poids des différents éléments de la maison et les fondations. La définition la plus courante et technique d’un mur porteur est la suivante :

Un mur porteur supporte une charge verticale, autre que son propre poids, qui correspond au poids des éléments présent au-dessus. Un mur porteur va ainsi porter différents éléments d’une maison comme la toiture, la charpente ou encore les planchers supérieurs. Cet ouvrage est appelé mur de refend quand il est situé à l’intérieur et mur de façade quand il est situé à l’extérieur.

Plus concrètement, un mur porteur soutient les éléments de structure et les équipements présents à l’étage supérieur. Cet ouvrage peut soutenir le poids de la charpente, de la toiture, de la dalle de plancher ou encore des murs du niveau supérieur. Il est l’un des piliers de la maison au niveau structurel et ne peut être démoli sans que toute la structure de la maison ne soit ébranlée, voire cède. En fait, il soutient une partie de la maison.

C’est pour cette raison qu’un mur porteur est construit dans des matériaux de maçonnerie solides. De plus, ce mur de structure dispose d’une épaisseur importante et est placé dans des endroits stratégiques afin d’assurer la solidité de la maison et la répartition des charges : en façade ou en milieu de pièce par exemple.

 

Comment reconnaître un mur porteur ?

 

Les murs porteurs sont construits lors des travaux de gros œuvre par des maçons le plus souvent. Ces éléments font partie intégrante de la structure et pour remplir leur rôle correctement, les professionnels utilisent des matériaux de construction adaptés. Surtout, ce type de montant doit respecter des contraintes précises. On peut donc le reconnaître grâce à ses caractéristiques : matériau de construction, épaisseur, densité ou encore emplacement.

 

Identifier un mur porteur en fonction du matériau de construction

Alors, de quels matériaux sont constitués un mur porteur ? Ce montant peut être constitué de trois matériaux distincts :

  • Le béton ou béton armé.
  • Le parpaing creux.
  • Les briques.

Mais les cloisons séparatrices aussi peuvent être constituées de ces matériaux. En effet, il n’est pas rare d’avoir un mur de séparation en briques creuses sans que ce dernier ne soit porteur par exemple. Ce n’est donc pas un critère suffisant pour reconnaître un mur porteur d’une simple cloison.

Il est à noter que dans les vieilles demeures, les cloisons simples peuvent être considérées comme porteuses avec le temps et l’affaissement du plancher bien qu’au départ ce n’était pas leur rôle. On parle alors de murs semi-porteurs.

 

Identifier un mur porteur en fonction de son épaisseur

Il faut aussi regarder l’épaisseur du mur qui doit mesurer plus de 10cm pour être porteur. En effet, un mur porteur est généralement plus épais d’une bonne quinzaine de centimètres qu’une cloison. Les murs de façade sont évidemment des murs porteurs. Mais la difficulté réside dans la reconnaissance des murs porteurs intérieurs afin de les distinguer des cloisons séparatrices.

Cette épaisseur supplémentaire peut aussi servir à supporter le poids de poutres au plafond. Dans certains édifices, des poutres (ou des IPN) sont disposées en appuie de murs. Ces éléments répartissent uniformément le poids du plancher pour améliorer la stabilité.

 

Identifier un mur porteur en fonction du son émis

Certains préconisent de toquer contre le mur afin de sonder ses caractéristiques. Si le mur sonne creux, c’est une cloison. S’il sonne plein, c’est un mur porteur. De plus, cette astuce permet d’analyser le matériau qui le compose mais aussi de localiser les changements de matériaux.

Mais cette méthode n’est pas infaillible et se fier simplement à un son pour déterminer si un est mur porteur est un peu cavalier et très dangereux. La présence d’un enduit ou d’un matériau isolant peut impacter le bruit entendu. Malgré tout, cette technique permet d’identifier les cloisons en placo ou en plâtre qui ne sont pas porteuses.

La meilleure des solutions reste encore de faire venir un bureau d’étude ou un professionnel du bâtiment, comme un architecte, qui saura étudier la structure de la construction et distinguer les murs porteurs de votre maison des simples cloisons.

 

Les différentes étapes pour identifier un mur porteur

 

Bien entendu, la solution la plus fiable pour savoir si un mur est porteur ou non est de se fier aux plans de construction du bien. Les architectes et les constructeurs dessinent les murs porteurs à l’aide d’un trait épais pour les différencier des simples cloisons. Dans le cas d’un logement ancien, il est fort possible que vous ne disposiez pas des plans initiaux. Il vous faudra alors soit distinguer quels murs sont porteurs par vous-même, soit faire intervenir un spécialiste qui vérifiera les caractéristiques de vos montants.

Avant de contacter un professionnel, vous pouvez suivre les étapes suivantes qui permettent d’identifier un mur porteur :

  1. Regarder les plans de construction originaux de votre logement. Les murs porteurs y sont facilement reconnaissables car l’architecte les a représentés par un trait épais.
  2. Prendre en compte l’emplacement du mur. Les murs de façade sont toujours porteurs. Pour les murs de refend, c’est plus complexe.
  3. Analyser le matériau de construction du mur en le sondant. Si le mur est maçonné, il va faire un bruit plein et il est alors fort possible qu’il soit porteur. S’il s’agit d’une cloison en placo, il est certain qu’il n’est pas porteur.
  4. Mesurer l’épaisseur du mur. Un mur porteur présente une épaisseur de plus de 10cm pour lui permettre de supporter d’importantes charges.
  5. Si des poutres sont présentes, suivez leur cheminement pour identifier sur quels murs elles reposent. Les poutres sont toujours soutenues par des murs porteurs.

Pour vous conseiller davantage, voici une vidéo montrant comment déterminer s’il s’agit d’un mur porteur ou d’une simple cloison :

 

Réglementation relative aux murs porteurs

 

Au vu de leur importance dans une maison ou un appartement, la réglementation en vigueur concernant les murs porteurs est très stricte. Il est illégal de modifier un mur porteur sans autorisation au préalable. Qu’il s’agisse de modifier, d’abattre ou de casser un mur porteur, il y a des règles à respecter, à commencer par une déclaration préalable de travaux à adresser à la mairie.

Si vous habitez en copropriété ou dans une maison mitoyenne, les autorisations sont encore plus compliquées à obtenir. En effet, ce chantier risque de fragiliser tout l’édifice et peut donc impacter vos voisins. En cas d’affaissement ou d’écroulement de l’immeuble, les assurances peuvent se retourner contre vous ou l’entreprise ayant fait les travaux car elle estimera que vous avez déstabilisé la structure. Pour avoir le droit de faire ces travaux, votre projet sera soumis aux votes lors de l’assemblée générale par le syndic de copropriété.

Dans tous les cas, la construction, la modification et la démolition de murs porteurs est une affaire réservée aux professionnels. Il est fortement déconseillé de faire les travaux soi-même pour des raisons de sécurité car le risque de fragiliser toute la structure du bâtiment est élevé. Il faudra également compenser cette ouverture de mur porteur par l’installation d’une poutre IPN correctement dimensionnée.

Auteur: Pro travaux

Pro Travaux, alias Cédric, est un auteur régulier et un véritable expert en travaux, avec de nombreux projets de rénovation à son actif. Passionné par le bricolage, il a notamment entièrement rénové son premier appartement lui-même : électricité, plomberie, sols, ... Fort d'une expérience professionnelle au contact de plombiers, électriciens, couvreurs, ... il possède également une connaissance approfondie des métiers et de l'univers du bâtiment. Cédric intervient sur d'autres sites dédiés à l'univers des travaux, de la maison et du BTP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *