Travaux et bricolage maison

Prix et pose VMC gaz

Quel est le prix d’une VMC gaz ? Combien coûtent les différentes VMC gaz ? Comment fonctionne une VMC gaz ? Quelle est la réglementation pour poser une VMC gaz chez soi ? Indispensable dans les bâtiments de logements collectifs, la VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) peut néanmoins s’avérer utile aussi dans des maisons individuelles souffrant d’humidité due à une mauvaise aération.

La VMC se décline dans bien des modèles : à simple ou à double flux, hygroréglable, thermodynamique, VMR, VMP, VMI, ou comme nous allons en parler aujourd’hui, VMC à gaz. Découvrez le comparatif des prix des VMC gaz ainsi que des informations sur le fonctionnement, les avantages et inconvénients de ce système de ventilation.

 

Fonctionnement et réglementation VMC à gaz

 

La VMC gaz est une déclinaison de la VMC simple flux. Cette VMC à gaz est un système d’aération reposant sur le principe de flux simple, c’est-à-dire qu’elle ne dispose que d’un seul conduit pour l’évacuation de l’air usagé du logement et de l’air chargé de particules après combustion issues de la chaudière ou du chauffe-eau à gaz. Étant donné l’utilisation du gaz, c’est probablement le dispositif soumis aux normes de sécurité les plus draconiennes, ce qui, en fait l’un des plus sûrs et des mieux entretenus, même si cela a un coût.

Le coût d’entretien d’une VMC à gaz est plus élevé à cause de la réglementation plus stricte notamment. En effet, en vertu de plusieurs arrêtés depuis les années 70, les normes de sécurité se sont succédées pour atteindre un degré de sécurité et une finesse d’analyse bien plus importants que pour les autres systèmes d’aération domestique (collectif ou individuel).

 

Utilisation de la VMC à gaz

Le fonctionnement d’une VMC à gaz est simple. La VMC a pour objectif de maintenir par évacuation un air sain dans l’ensemble de l’installation. Cela suppose que, lorsque la chaudière est en marche, des bouches d’extraction doivent prendre en charge le surplus de débit qui doit alors être extrait par les conduits à travers les colonnes individuelles ou communes.

Ce système assure, à moindre coût de fonctionnement, un air propre et de qualité dans tout un immeuble, quel que soit l’étage, quelle que soit la saison. Il est important d’en posséder un pour éviter l’accumulation de l’humidité dans les pièces sanitaires : salle de bain et WC.

Attention, si la VMC est dite « à gaz », c’est bien parce qu’elle est reliée à une chaudière à gaz, mais elle-même fonctionne à l’électricité. Ce type de VMC est donc dépendante de la chaudière ou chauffe-eau au gaz.

Le principal risque dans le fonctionnement de la VMC est le refoulement d’air chargé en monoxyde de carbone si la chaudière continue à fonctionner après arrêt des pâles du ventilateur, c’est pourquoi toute VMC à gaz est munie d’interrupteurs thermiques ou pressostatiques (pour les chaudières à condensation).

Aujourd’hui, les VMC à gaz disposent de tout un dispositif obligatoire de réaction automatique en cas de dysfonctionnement d’un élément de la chaîne d’extraction de l’air.

reglementation vmc gaz

Quelle est la législation des VMC gaz ? Voici la réglementation d’une vmc gaz.


 

Rappel de la législation sur la VMC à gaz

La législation et la réglementation des VMC gaz sont très encadrées. Notamment car ce type de ventilation mécanique contrôlée est très présente dans les résidence. Il convient donc d’assurer la sécurité domestique de tous les habitants. En raison du risque d’intoxication grave des habitants au monoxyde de carbone, plusieurs arrêtés ont pris des dispositions pour augmenter le contrôle de sécurité des VMC à gaz.

Le premier date du 2 août 1977 et a été modifié le 30 mai 1989, pour rappeler l’obligation de poser un DSC (Dispositif de Sécurité Collective) et de faire régulièrement vérifier le système par un professionnel agréé. Il donne aussi la liste des actes de maintenance à réaliser et détaille le délai entre chaque vérification, ainsi qu’un examen du DSC ou DSI (Dispositif de Sécurité Individuel). Un décret de 2008 a étendu et spécifié les modalités de certaines obligations. Le DSC doit être géré par le syndic et aucune chaudière ne peut être changée sans en être munie. Il a pour fonction de stopper le système en cas de refoulement de monoxyde de carbone et d’alerter immédiatement les services d’entretien.

En janvier 2014, en application d’un arrêté de 2013, des dispositions ont été prises pour la gestion du système de sécurité. L’anomalie 32C stipule en effet qu’en cas de déficience ou d’absence de DSC diagnostiquée par le professionnel lors de la visite, un avis est délivré, qui doit être remis au syndic ou au propriétaire, avec un délai de 2 mois pour se mettre en règle, au-delà desquels une visite de contrôle entraînera la coupure par le fournisseur de l’alimentation du bâtiment entier si rien n’a été fait.

 

Prix des VMC à gaz

 

Le prix global d’une VMC à gaz est relativement élevé si on prend en compte le contrat d’entretien obligatoire. De plus, ce système de ventilation domestique n’est installable que dans le cas d’une chaudière au gaz. Une VMC à gaz est un produit assez technique, dont l’installation repose sur :

  • Des normes très strictes.
  • Une compatibilité avérée avec les chaudières et les conduits d’air déjà présents.
  • Une vérification du débit d’air et de la pression sur l’ensemble du dispositif.

Une conséquence de ces contraintes est que ce produit n’est pas aisément disponible sur le marché. Si quelques fournisseurs généralistes le proposent, notamment via internet, à des prix intéressants, il est plus raisonnable de recourir aux services d’un professionnel qui pourra garantir, en plus d’une pose aux normes, une VMC à gaz fiable, pour un prix de professionnel à professionnel.

Les tout premiers prix pour l’investissement d’un système de VMC à gaz se situent vers 340€, mais dans ce cas tout particulièrement, le prix ne doit pas être un critère de sélection. La composition des pièces, la puissance d’extraction du moteur et la rigueur du dispositif de sécurité doivent prévaloir, et ce d’autant plus que le bâtiment à ventiler sera grand et peuplé.

Quant à l’achat du DSC, souvent vendu par le fournisseur dans la foulée, on en trouve dès 50€, même si la moyenne se trouve plutôt vers 100€.

Le prix de pose d’une VMC s’aligne sur le tarif horaire des artisans proches de chez vous. Il faudra faire appel à un technicien chauffagiste qualifié (par le logo Qualibat), dont l’heure d’intervention est actuellement de 55€ en moyenne par intervenant. Dans un grand immeuble, plusieurs intervenants peuvent être nécessaires, il faudra donc multiplier le taux horaire en conséquence.

installation vmc gaz

Comment poser une VMC gaz ? Une aération et ventilation de type VMC gaz doit être posée par un professionnel.


 

Poser une VMC à gaz

 

Comment installer une VMC à gaz ? La pose d’une ventilation mécanique à gaz est complexe et nécessite l’intervention d’un professionnel pour valider l’installation et le bon fonctionnement. Voici les principales informations pour équiper sa maison ou son appartement d’une VMC à gaz.

 

Installation d’une VMC à gaz

La pose et l’entretien d’un système de ventilation pour une chaudière à gaz étant très réglementés, il n’est pas possible de procéder soi-même à ces travaux, à moins de posséder la qualification nécessaire reconnue à l’échelle nationale et qui permet la validation du dispositif lors des fréquents contrôles subis par toutes les installations au gaz en France.

En cas de non-conformité, le risque et de voir le fournisseur sommé de couper l’alimentation du système. Dans ce cas, non seulement les deux flux d’air dépendant de la VMC seront stoppés, provoquant une baisse de la qualité de l’air et le risque d’humidité et de foyers infectieux dans les pièces d’eau, mais la chaudière ne sera plus en état de fonctionner, ni le chauffe-eau.

 

Entretien de la VMC gaz

L’entretien du matériel de ventilation se fait en deux étapes. La première, tous les ans, est généralement réglée par contrat dès l’installation, ce qui permet une rémunération forfaitaire qui oscille généralement entre 155€ et 260€ par caisson et 125€ par colonne commune ramonée sur 2 étages, 310€ sur 6 étages.

Le technicien vient alors chaque année inspecter et contrôler les caissons d’extraction et le cas échéant changer la courroie. Pour que ce contrôle soit vraiment efficace, il faut également s’assurer :

  1. Qu’il examine le ventilateur, les bouches, mais aussi les entrées d’air : débit et pression, ainsi que le contrôle électrique du système).
  2. Qu’il veille à la vacuité de tous les conduits concernés.
  3. Qu’il nettoie soigneusement et remplace si cela s’avérait nécessaire les pales du ventilateur, les gaines et les bouches et entrées d’air.

En quittant les lieux, le technicien laisse une attestation confirmant la conformité du système aux normes et permettant la continuité de l’alimentation par le fournisseur en gaz.

Enfin, tous les 5 ans, un entretien supplémentaire de la chaudière et VMC gaz doit être réalisé :

  • L’ensemble de l’installation doit être contrôlé et réglé, ainsi que la totalité du DSC (s’il y a plusieurs chaudières, sur chacune d’entre elles).
  • Chaque appareil raccordé au système dans le bâtiment doit être vérifié. Tout réglage défectueux ou toute pièce usée doit faire l’objet de soins adaptés.

 

Devis VMC gaz

 

Si vous voulez faire des devis VMC gaz pour obtenir l’avis d’un professionnel de l’aération et de la ventilation domestique, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous. Un installateur spécialisé dans les chaudières et VMC gaz viendra sur place vous proposer ses tarifs, comprenant la fourniture et pose. Faîtes également des devis pour l’entretien d’une VMC gaz.

 

DEVIS GRATUIT
Coordonnées
 Monsieur Madame

 

Auteur: Pro travaux

Partager cet article sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *